mercredi 30 janvier 2013

Chanson : Les 4 saisons

Bonjour TLM,

Ce matin :






lundi 28 janvier 2013

Vidéo que j'aime

Bonjour TLM,

Ce matin :




dimanche 27 janvier 2013

Nature : Tràng An, l’alliance de la nature et de la culture

La province de Ninh Binh regorge de magnifiques paysages karstiques, et le site de Tràng An est l’un des plus remarquables.
Tràng An couvre 10.000 ha sur les districts de Hoa Lu, Gia Viên, Nho Quan et la ville de Ninh Binh. Il comprend le site d’Éco-tourisme de Tràng An, Tam Côc-Bich Dông et l’ancienne capitale Hoa Lu.
De l’embarcadère de Tràng An, nous sommes partis à la découverte de ce que l’on surnomme la "baie d'Ha Long terrestre". Notre bateau a traversé nombre de grottes inondées aux noms bizarres : Tôi (sombre), Sang (lumineux), Seo, Nâu Ruou (distillation d’alcool), Ba Giot (trois gouttes)…

Tràng An

L’embarcadère

Rizières dorée le long de la route menant à Tam Côc - Bich Dông

Balade en barque

Selon les chercheurs, Tràng An était autrefois "l’ancienne baie de Hoa Lu". La construction de digues pour endiguer les inondations et les incursions des eaux marines sont à l’origine de ce mariage entre le karst et l’eau. Les experts considèrent Tràng An comme un "musée géologique en plein air".
Au cours de notre balade, nous avons rencontré une équipe d'experts de l'Institut d'Archéologie du Vietnam qui effectuait des recherches. Nous avons visité avec eux les grottes de Moi, Sinh, Thung Binh 1, 2 et 3... où de nombreux fossiles marins affleurent. On a aussi pu voir des restes d'animaux, de repas, des tombes, des restes humains et des outils de travail en pierre, des céramiques. Il y a 10.000-20.000 ans, cette région était habitée.

Certains objets trouvés lors des fouilles de grottes

Des experts de l'Université de Cambridge inspectent des grottes

Selon le Dr Ryan Rabett, de l'Université de Cambridge (Royaume-Uni), "Tràng An est un exemple tout à fait unique de l'histoire humaine, non seulement pour le Vietnam, mais aussi pour la région. Il a une double richesse : naturelle et culturelle".

Après notre traversée des grottes en barque, nous avons continué notre voyage vers Tam Côc-Bich Dông. Notre bateau a descendu la rivière Ngô Dông au milieu des rizières dorées, avec des barques chargées de riz à nos côtés.

À Tam Côc-Bich Dông, se trouve le temple de Thai Vi à l’architecture unique avec ses grandes colonnes de pierre monolithes. En face, il y a un puits et dans la cour une vieille cloche moulée en 1689. À quelques kilomètres du temple se trouve la pagode de Bich Dông, nichée sur une montagne. De là, le panorama est époustoufflant.

La découverte de Tràng An nous a enmené à travers d’autres vestiges et sites culturo-historiques dont l’ancienne capitale Hoa Lu (968-1009). Près de l’embarcadère, se trouve le temple Trinh honorant deux mandarins qui ont protégé cette région. Nous avons également visité le temple Không, aussi appelé Cây Thi (Temple aux Plaqueminiers) parce qu'il y a deux anciens plaqueminiers donnant deux types de fruits, rond et plat. Ce temple est dédié aux sept mandarins fidèles de la cour (968-980).

Le temple Trân est situé sur une haute montagne. Le chemin qui y mène est long et raide, mais plus on monte, plus on est récompensé par la beauté des paysages. La légende veut que le temple ait été construit par le roi Dinh Tiên Hoàng au même moment que la construction du Temple des rois Hùng (considérés comme les ancêtres des Viêt) à Phu Tho. Plus tard, le roi Trân Thaï Tông (1218 -1277) est venu établir une résidence royale et améliorer le temple, c’est pourquoi le temple fut appelé "le temple des Trân". Il est dédié au culte du Génie Quy Minh qui défendait la porte sud de la capitale Hoa Lu. Chaque année, le 18e jour du 3e mois lunaire, de nombreux visiteurs de toutes les régions du pays viennent assister à la Fête du temple Trân et visiter la région de Tràng An. Plus de 10 siècles se sont écoulés, mais les images des dragons, licornes, tortues et phénix délicatement sculptés sur les piliers de pierre du temple sont encore intactes.

Le temple de Nôï Lâm

Cour du temple du roi Lê à Hoa Lu

Cour du temple du roi Dinh à Hoa Lu

Fête du temple de Thai Vi

Les temples des roi Dinh et Lê (vue du mont Truong Yên)

Objets anciens trouvés à Hoa Lu

Les historiens disent que Tràng An est associé aux valeurs historiques et culturelles de l'ancienne capitale de Hoa Lu. Selon les annales historiques, en 968, après avoir vaincu les armées d’autres seigneurs et unifié le pays, Dinh Tiên Hoàng est monté sur le trône. Il a choisi d’implater la capitale à Hoa Lu et nomma le pays "Daï Cô Viêt". De 968 à 1009, six rois de trois dynasties -Dinh, Lê et Ly – s’y sont succédés. En 1010, le roi Ly Thaï Tô a transféré la capitale de Hoa Lu (Ninh Binh) à Thang Long (Hanoi). 

Dào Thi My Dung, un guide touristique de Hoa Lu, nous a conduit dans les anciens sites des dynasties Dinh et Lê. Chaque année, du 6e au 8e jour du 3e mois lunaire, les habitants de Ninh Binh organisent la Fête de l’ancienne capitale Hoa Lu pour commémorer les rois Dinh Tiên Hoàng et Lê Daï Hành. Récemment, l’ancienne capitale Hoa Lu a été reconnue par l’État "Vestige national spécial". La province de Ninh Binh élabore un dossier à soumettre à l'UNESCO pour une reconnaissance de Tràng An en tant que patrimoine naturel mondial. 

Nguyên Cao Tân, directeur adjoint du Comité de gestion de l’Ensemble paysager de Tràng An, a déclaré : "Les données sur les valeurs paysagère, géologique, géomorphologique, les activités des hommes primitifs à Tràng An, rassemblées de mars à mai 2012, ont été appréciées par l’expert néo-zélandais Paul Dingwall. Le Comité de gestion continuera de se coordonner avec l'Institut d'archéologie du Vietnam, l'Institut des Géosciences et des Ressources minérales et de l’Institut d’études des traditions et du développement pour compléter les données à envoyer aux experts nationaux et étrangers. Puis, ils choisiront les critères les plus saillants pour compléter le dossier qui sera soumis à l'UNESCO en septembre. La province de Ninh Binh a fait appel à des organisations internationales et des missions diplomatiques pour soutenir la reconnaissance de Tràng An en tant que patrimoine mondial"


Source : Ngân Hà - Photos: Công Dat, Trang Linh, Duong Duy Khang, le Comité de gestion de Tràng An & Archives de la revue "Vietnam Illustré"


vendredi 25 janvier 2013

Contes et légendes : Génie des Montagnes et Génie des Fleuves - Sơn Tinh - Thủy Tinh

Le dix-huitième roi Hùng Vuong avait une fille Mi Nuong, d'une extraordinaire beauté. Quand elle arriva à l'âge de se marier, sa réputation éclata encore davantage. Le roi décida de lui choisir un mari talentueux.

Un jour, deux jeunes hommes, brillants d'intelligence et de beauté arrivèrent fortuitement en même temps et demandèrent la main de Mi Nuong. L'un s'appellait Son Tinh, génie des Hautes Montagnes et des Forêts Profondes, l'autre, Thuy Tinh, génie des Fleuves et des Mers Immenses. Le roi, embarassé, ne sut lequel choisir car tous les deux avaient des talents incomparables et une puissance infinie.

 Après un moment de réflexion, le roi les placa devant un défi: cent plateaux de riz gluant, un éléphant à neuf défenses, un coq à neuf ergots, un cheval à neuf crinières rouges. Celui qui apportait le tout le premier était l'époux de Mi Nuong.

Le lendemain, dès l'aube, Son Tinh arriva le premier avec tous les présents et emmena la belle dans les montagnes. Thuy Tinh se présenta après, muni de toutes les offrandes mais la princesse était partie. Confus et furieux, Thuy Tinh s'élança, élevant le niveau des eaux, décidé de pénétrer dans les montagnes et d'enlever Mi Nuong. Son Tinh éleva le monts encore plus haut.

Thuy Tinh déploya son génie, battit le rappel des vents, des tempêtes, des éclairs et de la foudre, ébranlant toute la montagne et la forêt. Son Tinh maintint les monts inébranlables. Thuy Tinh recourut aux troupes marines et s'élança avec le courant, donna massivement l'assaut.
Son Tinh, avec des filets de fer, coupa la route des renforts, roula des rochers pour combler les âmes et écraser les monstres marins qui flottèrent à la dérive.

Après trois jours et trois nuits, chaque jour battu davantage, Thuy Tinh se résigna à retirer ses troupes et à ramener les flots. Pour assurer sa tranquillité Son Tinh opéra le miracle d'élever les deux montagnes des époux au plus haut des demeures des Dieux.

Plus tard, le peuple les appellera Montagne du Monsieur et Montagne de la Dame, au pied desquelles un temple fut dédié à Son Tinh et à Mi Nuong.




mercredi 23 janvier 2013

Message de Jean-Pierre

Une si belle journée - Des nouvelles de Hà : ICI





Gastronomie : Le Pa Pinh Tôp, plat de l’ethnie Thaï

Le Pa Pinh Tôp est le nom d’un plat de poissons des ruisseaux grillés ou frits, de l’ethnie Thaï.
Différents des poissons des rivières ou des gros poissons marins vendus dans les supermarchés, les poissons des ruisseaux sont souvent de petite taille et vivent cachés sous les rochers. Ils sont capturés par les montagnards.



Présenté avec piment frais, citronnelle, légumes frais et bol de soja.

Si vous voyagez dans le Nord-Ouest et que vous êtes invités par des montagnards Thaï, vous aurez peut être la chance de déguster ce plats délicieux, d’une saveur inoubliable.

Ingrédients:
- Petits poissons des ruisseaux.
- Baguettes de bambou pour griller les poissons sur des braises.
- Gingembre, ail, piment frais, citronnelle, ciboule, menthe, pousses de bambou, poudre de galanga.
- Piment, légumes forestiers (chou des H’mong).

Préparation:
- Laver les poissons, enlever les écailles. Cependant, le mieux est de ne pas les écailler pour un meilleur goût !
- Prendre un couteau bien aiguisé pour les vider, puis les laver.
- Les faire macérer avec les épices telles que gingembre, ail, piment, citronnelle, galanga haché pendant 10 minutes si les poissons sont destinés à êter grillés ; fourrer les épices hachées dans le ventre des poisons s’ils sont destinés à être frits.
- Cuire au four ou frire jusqu'à ce que le poisson soit doré.
- Présenter sur une assiette avec des légumes.
- Servir avec sauce de soja et piment frais, selon le goût.

Source : VNP
Texte et photos: Trân Huân



lundi 21 janvier 2013

Culture : Le chant then

Le chant then sera présenté à l'Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) pour être reconnu en tant que patrimoine culturel immatériel de l'Humanité.

Le chant then, âme des montagnards du Nord.

Then, un chant traditionnel et religieux.

Then, un chant typique des ethnies minoritaires de Tày, Nùng et Thai des provinces montagneuses du Nord, détient un rôle important dans la vie culturelle de ces trois ethnies depuis son développement au XVe siècle. Traditionnellement, il se joue lors des fêtes, obsèques et mariages. Ce chant est un élément essentiel dans la vie spirituelle, les us et coutumes des habitants.

Le then peut être décrit comme un poème religieux chanté, qui raconte le voyage menant au paradis afin de converser avec l’empereur de Jade. Bien sûr, son contenu et sa longueur peuvent différer selon les auteurs, mais ils sont toujours composés de plusieurs parties. Le plus long poème connu à ce jour contient approximativement 5.000 vers divisés en 35 sections.

Son mélange de chant, de jeu, de musique et de danse met en avant then ou Giang (respectivement la femme et l’homme) qui doivent être capable de faire revivre les rites. Ses mélodies sont accompagnées par le dàn tinh, un instrument à deux ou trois cordes à manche long, dont la caisse de résonance est un fruit de calebassier coupé et séché.

Un certain nombre des Tày, Nùng et Thai ont immigré vers les provinces du Sud en important leur chant et leur instrument de musique pour les présenter aux autres communautés.


Dans le développement de cette culture, les ethnies minoritaires ont créé un espace culturel "Then - Dan Tinh", portant les mêmes valeurs que les pratiques artistiques des gongs et des épopées du Tây Nguyên, du Quan ho (chants alternés) issu du delta du fleuve Rouge et du Nha nhac (Musique de cour de Huê).

Source : Thuy Hà/CVN



dimanche 20 janvier 2013

Impressions......

Nous avons aimé ce voyage !!!

Nous avons aimé la gentillesse et la générosité des Laotiens, le trek, les balades en bateau et surtout…………….le rythme de vie des Laotiens.

Notre coup de cœur, l’endroit où nous avons déjeuné et dîner à Muang La, nous y avons rencontré une femme formidable, sa bienveillance nous a beaucoup touché, une rencontre que nous n’oublierons pas !!!

Pour ce voyage, nous avons choisi l’agence de mon ami Minh, Fantasea.
Nous n’avons pas étés déçus des prestations fournies, merci beaucoup Minh, merci pour ta sollicitude, merci de nous avoir fait découvrir le Laos.

A bientôt pour notre prochain voyage………….au Cambodge.



Lecture : Histoire d'une paix manquée

Ma lecture du moment :





samedi 19 janvier 2013

Chanson : Một lần đi

Bonjour TLM,

Ce matin :



Un départ

"Một lần đi" Traduit par Dông Phong
 
Ô Saigon, je ne pouvais pas le soupçonner
Un départ est un adieu pour toujours
Un départ est la perte du chemin de retour
Un départ est de la souffrance sans discontinuité

Ô mon bienaimé, je ne pouvais pas le soupçonner
Un départ est un éloignement de mille milles
Un départ est de la mélancolie pour dix mille vies
Un départ est de la séparation pour l’éternité

Des larmes pour toi grand-frère
Des larmes pour moi aussi
Des larmes pour mes amis
Des pleurs pour ma vieille mère
Des pleurs pour le bienaimé resté au pays de nos pères

Nous serrer la main pour la dernière fois
Pleurer ensemble pour la dernière fois
Des derniers mots si étouffés
Là tant de chemins sont restés
Là tant d’amours sont abandonnés

Ô Saigon, je ne pouvais pas le soupçonner
Ma bonne mère d’autrefois est retournée à la terre froide
Mes amis d’autrefois sont exilés dans le Nord si roide
Mon bienaimé d’autrefois mène une vie de précarité

Ô Saigon, je ne pouvais pas le soupçonner
Un jour passé est un jour d’adieu
Un jour passé et nous nous sommes perdus
Un jour passé et la séparation est pour l’éternité




vendredi 18 janvier 2013

Reportage : Voyages ...... au Vietnam




mercredi 16 janvier 2013

Laos 2012 : Luang Prabang

Dernier jour au Laos, dernier déjeuner, la Villa Chitdara et un concours de recyclage de pneus.



Fin du voyage.......................



lundi 14 janvier 2013

Laos 2012 : Luang Prabang - Boun Ok Phansa

Boun Ok Phansa, c’est la fête de la fin du carême Bouddhiste, qui se déroule au 8ème mois du calendrier lunaire.

Le soir, tous les temples et les maisons sont illuminés par les milliers de bougies et de lampions confectionnés des jours durant par les bonzes et les laotiens à l’aide des matériaux locaux, majoritairement le bambou et le papier Saa (écorce de mûrier). 

Chacun aura à cœur d’exposer ses constructions nautiques qui viendront le lendemain parsemer le Mékong dès la tombée de la nuit.




dimanche 13 janvier 2013

Laos 2012 : Bonzes et chutes

Bonzes à Luang Prabang et les chutes de Kuangsi.







samedi 12 janvier 2013

Laos 2012 : Muang Sing

LA plus belle journée du voyage.
Enfin des rencontres !!!
Des rires !!!
Une naissance !!!
La vie !!!






jeudi 10 janvier 2013

Vidéo que j'aime

Bonjour TLM,

Ce matin :



mercredi 9 janvier 2013

Laos 2012 : Muang La - Luang Namtha




mardi 8 janvier 2013

Laos 2012 : Muang La

Quelques villages aux alentours et Muang La.




lundi 7 janvier 2013

Laos 2012 : Muang Ngoy - Muang La

Une petite croisière, un village et quelques victuailles.




dimanche 6 janvier 2013

Nature : Sauvage Quan Lan


A 45km au nord-est de Ha Long, Quan Lan (Quang Ninh) est une île de paysages romantiques et charmants avec mer bleue, fin sable blanc et ses liserons de mer.

Au XIIe siècle, cette île était le centre de commerce international le plus important du Vietnam et il demeure encore de nombreux vestiges historiques et culturels dont temples, pagodes, ancien ports.
Elle est également le lieu du festival du village de Quan Lan qui a lieu chaque année du 10 au 20 juin du calendrier lunaire, lequel comprend nombre de jeux animés et attrayants.

Quelques images :

Quan Lan sauvage et romantique.

Des rochers, érodés par les vagues, devenus parfaitement lisses.

Les vagues se fracassent sur le rivage.

 Sable long et fin.

Des liserons de mer sur le sable blanc.

Le ciel, la terre et la mer se rejoignent.

L’aube sur la mer.



vendredi 4 janvier 2013

Contes et légendes : La légende des descendants du dragon et de la fée

Il était une fois, dans le territoire de Lac Viêt, devenu aujourd'hui le Nord du Vietnam, un génie de l'espèce des dragons. Le génie dragon femelle avait donné naissance à un fils qui s'appelait Lac Long Quân. Comme c'était un génie dragon, vivant dans l'eau et ne montant sur terre que rarement, il était doté d'une force surnaturelle et du pouvoir de faire des miracles. Il aidait la population à tuer les monstres des mers, des lacs et des arbres qui avaient causé des dégâts aux gens. Il instruisait la culture, l'élevage et le mode de vie. Après il retournait à la mer, son royaume marin, et n’apparaissait sur cette terre que quand c'était nécessaire.

A cette époque, sur la haute chaîne du Nord, vivait Au Co, fille d'une grande beauté, descendante elle-même du génie de la terre et installée sur ce territoire de Lac Viêt riche en fleurs odorantes et en herbes rares. Elle rencontra Lac Long Quân qu'elle aima tendrement. Ils devinrent mari et femme et vivaient au palais Long Trang.

Un certain temps après, Au Co fut enceinte et accoucha d'une poche renferment cent oeufs qui donnèrent le jour à cent fils très bien portants et d'une beauté surnaturelle. Les enfants grandissaient vite en se passant de nourriture. Lac Long Quân, de son côté, habitué au milieu marin éprouvait de la peine à vivre longtemps sur terre. Il quittait Au Co et les enfants pour retourner à la mer. Elle demeurait seule à élever ses enfants et attendre désespérément le retour de son mari.

A la fin elle invoquait ce dernier pour lui faire part de son amertume :

-Pourquoi me quittes-tu ainsi ? lui dit-elle. Tu n'apportes pas d'aide pour élever nos enfants en bas âge ?

-Je suis, lui répondit Lac Long Quân, de souche marine, vivant dans les profondeurs de la mer, et toi, tu descends des divinités célestes. Nous deux, vivant l'un dans les eaux et l'autre sur terre, avons des moeurs différents. Comment pouvons-nous vivre ensemble pour une longue durée ? Maintenant j'emporte avec moi cinquante enfants à la mer et toi, de ton côté, tu emportes cinquante enfants pour aller vivre à la montagne en surveillant les alentours. Des deux lieux, la montagne et la mer, nous nous prêtons serment de nous venir éternellement en aide.

Au Co et cinquante enfants exécutaient cette volonté. L'aîné montait sur le trône sous le nom de Hung Vuong, plaçait sa capitale à Phong Châu et prenait pour le nom de pays Van Lang. La cour royale comptait des mandarins militaires et civils. On appelait les fils du roi « Quang Lang » et les filles « Mê Nang ». Quand le père mourait, son fils aîné lui succéda en prenant pour titre Hung Vuong (Roi Hung).

Il résulte de cette histoire que les Vietnamiens sont les descendants du roi Hung et proviennent du dragon et de la fée.




mercredi 2 janvier 2013

Gastronomie : Calebasse sautée aux crevettes et à la viande

Les calebasses sont les fruits de la gourde, une plante grimpante largement connue dans les zones rurales du Vietnam. Il est préparé de différentes façons.

L'une des préférées des Vietnamiens est la calebasse sautée aux crevettes et à la viande. Ce plat délicieux et nutritif est la combinaison de différents goûts, de la viande, des crevettes, de la ciboulette de la coriandre et du poivre.



Ingrédients :

- Calebasse: 1
- Viande maigre: 100 g
- Crevettes: 100 g
- Ciboulette, coriandre, poivre, huile de table et assaisonnement.

Préparation : 

- Nettoyer la calebasse, éplucher la peau et la couper en biais.
- Enlever les carapaces de crevettes.
- Couper la viande en morceaux minces.
- Faire chauffer de l'huile et faire frire de l'ail écrasé. Sauter les crevettes et la viande et ajouter des épices. Lorsque les crevettes et la viande sont presque cuites, mettre les morceaux de calebasse et poursuivre la cuisson pendant quelques minutes. Enfin, ajouter la ciboulette et bien mélanger.
- Mettre le tout sur un grand plateau et le saupoudrer avec du poivre. Décorer le plat avec la coriandre.
- Servir chaud avec du riz.

Bon appétit !